Maman Mignonneries

Carence ménagère

17 décembre 2015

FullSizeRender

Il y a des matins où une maman de 3 enfants est bien plus débordée que d’autres.
Mais ce matin commençait plutôt bien : pas trop en retard, assez bien réveillée, un peu maquillée (en vrai, pas démaquillée de la veille, mais ça revient presque au même – gloups), j’avais pensé à ramener l’enveloppe de correspondance de Maxence, et j’avais même des chaussettes aux pieds.
Oui, parce qu’il y a des matins où je n’ai pas vraiment le choix, retard oblige : ce sont les chaussettes ou le brossage de dents. Et moi j’aime bien parler à la maîtresse et aux autres mamans qui, j’en suis sûre, ne regardent pas mes pieds…

Bref, ce matin commençait plutôt bien. J’avais même trouvé une place pas trop loin de l’école sans avoir à faire un créneau. Le grand luxe, quoi.

J’ai donc sorti la poussette du coffre et ouvert la portière arrière pour laisser mes garçons sortir. J’ai déplié la poussette et préparé une couverture pour les petites gambettes de Poupette.

Devant nous, la devanture d’un coiffeur, plus précisément la baie vitrée, se refaisait une beauté sous la raclette et les mouvements avisés d’un monsieur (ça existe nettoyeur de vitre comme métier ? Bon, disons agent d’entretien). Et là, mon matin a commencé à devenir un peu moins bien…

Mon petit garçon de 3 ans, Alexis, a soudainement eu la brillante idée de s’intéresser à ce monsieur, gentiment perché sur son escabeau.

Il aurait pu tenter de toucher le seau d’eau, et j’aurais été contrainte de sortir un non ferme et de m’éloigner de la poussette quelques instants pour le ramener en lieu sûr.

Il aurait pu souligner, à voix haute, l’âge avancé du bonhomme et j’aurais été contrainte de le reprendre verbalement. (Ah pardon, ça c’était la semaine dernière à la boulangerie !).

Mais non, mon brillant petit garçon a plutôt été intrigué par l’activité du monsieur et m’a clairement lâché, alors qu’une maman que je connais nous croisait, un :

« Maman, mais qu’est-ce qu’il fait ?! »

Je ne me suis pas démontée et d’un ton pédagogue et assuré, je le lui ai expliqué. Mais quand même un peu gênée, je me suis sentie obligée de m’en tirer par une pirouette cacahouète, soulignant certes ce qui était apparu comme une évidence à tous, mais le soulignant avec un trait d’humour :

« Ah, visiblement, je ne dois pas les faire assez souvent ! »

L’agent d’entretien s’est retourné en souriant, tout comme la maman croisée, mes enfants et moi-même…
Ouf, l’honneur était sauvé. Enfin en apparence. Et puis zut, regardez bien la photo : avec les décos de Noël, je serai bien obligée de les faire en janvier, les carreaux !

You Might Also Like

1 Commentaire

  • Reply Mommywifey 21 décembre 2015 at 11:53

    Haha, j’adore! En te lisant, je pensais qu’il avait fait tomber le monsieur 😀

  • Laisser un commentaire