Bla-bla Humeurs Maman

Doli or not Doli ?

10 décembre 2015

doli_or_not_doli

Un jeu de mots un peu pourri, pour décrire la situation que peuvent vivre de nombreux parents, aussi expérimentés soient-ils… On a beau avoir 3 enfants, essayer d’être les plus prévoyants du monde, en tentant d’anticiper aux maximum toutes les galères possibles – voyez là une simple question de survie, on a 3 enfants, je vous l’ai dit – il arrive parfois que les choses nous échappent, et c’est ce qui est arrivé la nuit dernière.

Lisez ce qui suit, je vous promets qu’un jour cela pourra vous servir…

Doli, c’est le doux surnom du Doliprane, meilleur ami des enfants malades et de leurs parents inquiets. Il est aussi le sauveur des femmes aux ventres arrondis, qui ne peuvent compter que sur lui durant 9 mois.

Tous parents qui se respectent – et qui, surtout, veulent par tout moyen éviter un détour par la pharmacie de garde à 3 heures du matin – ont un flacon de Doliprane pour enfants dans leur maison. Voire même, pour ceux qui ont une étage, un flacon au rez-de-chaussée et un autre en haut, cette fois, pour limiter les pas hors du lit à 3 heures du matin.

En Super Maman, que j’aspire à être, je veille à ce que Doli ne manque jamais à la maison. Mais les enfants grandissent sans même qu’on ne s’en rende compte, et leur prise de médicament grandit avec eux, donc inévitablement les stocks s’épuisent plus vite qu’on ne l’imagine.

Alors quand notre petite Poupette (10 mois seulement), en plein milieu de la nuit, est monté à son premier 38 de température, nous sommes allés chercher la bouteille de Doliprane, située dans la petite armoire au-dessus des lavabos de la salle de bain du premier étage.

Mais force est de constater que Doli manquait à l’appel.

Les pas dans notre grande maison ont donc été plus importants que prévus, afin d’aller chercher la bouteille du rez-de-chaussée. Mais… Bredouilles nous avions été cinq minutes auparavant, et bredouilles nous fûmes une nouvelle fois !

Oui, force est de constater que Doli s’était fait la belle… En même temps que la rino-pharyngite d’Alexis, deux jours auparavant !

Tout parent expert ès maladie infantile sait qu’une fièvre qui ne descend pas se traite alors avec de l’Advil nourrissons. Mais aussi qu’il ne se donne pas sans avis médical ! Sauf qu’au beau milieu de la nuit, quand les paupières se font aussi lourdes que des poids et que la dette de sommeil n’est désormais plus calculable, on hésite tout de même à l’administrer à un joli petit minois enrhumé et fiévreux…

Mais non, la raison a pris le pas sur notre épuisement et nous avons préféré appeler le 15.

Le médecin au bout du fil s’est débord assuré que Poupette présentait des symptômes autre que la fièvre (une fièvre inexpliquée ne se prend pas à la légère), puis il nous a conseillé de la vêtir seulement d’un body, de lui donner de l’eau à boire et de ne pas lui administrer d’Advil tant que sa température ne dépasserait pas 38,5°C.

J’ai donc passé ses 3 dernières heures de sommeil, avant le lever de ses frères, à flasher sa température et son Papa a fait le pied de grue devant la pharmacie dès l’aurore.

Désormais donc, la prochaine fois que vous verrez à la pharmacie une maman semblant quelque peu débordée et au regard épuisé, vous comprendrez pourquoi elle achète le Doliprane par 4… Et vous en ferez peut-être autant !

You Might Also Like

2 Commentaires

  • Reply Maman Fatale 11 décembre 2015 at 12:33

    Hello,
    Je viens de découvrir ton blog et sincèrement je le trouve très joli ! J’adore et sinon concernant le doli ! Et bah chez nous c’est Doli dès qu’elle a de la fièvre. Elle nous a fait une « belle » infection urinaire cet été et j’ai eu bien peur elle est montée très vite en température et commençait carrément à trembloter … Bref dès qu’elle est un peu chaude, allé hop un coup de Doli 🙂

  • Reply Lorelei 11 décembre 2015 at 15:43

    Ah ce bon vieux Doli 😉
    Ici aussi on l’achète en stock!
    bisous j’espère que ça va mieux!

  • Laisser un commentaire