Maman Mignonneries

Et le petit Jésus…

23 décembre 2015

noel_2015

Pour le premier Noël de notre fille, si nous avons enlevé à la forêt l’un de ses rois, c’est pour en faire un monument de notre foyer, tout illuminé de blanc et d’or uniquement. Sa présence ne sera certes que temporaire mais durant tout ce temps, il est certain que tous nos regards n’auront d’yeux que pour lui.

Il est beau, grand et lumineux, étoffé et élégant.

Nous n’avons même pas installé de crèche au pied du sapin cette année. Mes racines viennent pourtant de la Provence, le berceau des santons. Mais nul besoin de cela pour que mes enfants connaissent l’existence de Jésus, Joseph, Marie, et même des rois mages et de l’étoile du berger qui leur servit de guide. Ils retiennent quelques bribes de ce qu’on leur raconte, mais pour notre plus grand étonnement, déduisent souvent beaucoup de choses surprenantes…

Hier, j’ai déclenché à distance l’ouverture de mon bolide, installé tant bien que mal ma Poupette dans le siège auto central et demandé aux autres membres de ma tribu de prendre place à bord, le temps que j’aille relever le courrier à la boîte aux lettres, située à une dizaine de mètres de là.
Et il a suffi d’un laps de temps aussi court pour qu’un petit garçon malmène – gentiment mais quand même – sa petite sœur…

Je suis donc revenue en entendant mon deuxième garçon chouiner et ma petite fille crier. Et alors que je m’apprêtais à le sermonner, mon fils tenta de m’expliquer, entre deux sanglots, qu’il s’était fait « très très mal »… Il faut savoir que les « très » vont toujours par deux avec lui. Et c’est ce qui me rassura sur la gravité de la situation.
Quant à ma petite, tout sembla être rentré dans l’ordre grâce au plus grand de ses frères.

Je commençai donc à entamer le processus de banalisation de son bobo quand il renchérit de plus belle, pour me signifier que, vraiment, cette fois il avait mal.
Un peu pressée par le temps, mais surtout un peu lassée de son côté mi-acteur mélodramatique, mi-joueur de foot italien simulant un tacle reçu, je me suis surprise à lâcher une phrase souvent entendue dans mon enfance:

« Ça, c’est le petit Jésus qui t’a puni ! »

Interloqué, il se mit à me regarder avec de grands yeux. Et moi, de rajouter :

« Oui, tu as fait mal à ta petite sœur, Jésus l’a vu, car Jésus voit tout, et il t’a puni… »

Je sais, c’est ridicule mais je me devais de conforter ma parole de maman. Et mes croyances, pourtant loin d’être figées, ont beau être balancées entre une envie d’y croire et un raisonnement purement athée, croyez-moi, je n’ai rien laissé transparaître afin de donner l’illusion d’un aplomb sans faille.

Mais loin d’être impressionné, mon petit garçon de trois ans a su me décontenancer en une phrase :

« Et ben non, parce que le petit Jésus je l’ai vu chez Grand-mère et il bouge même pas ! »

Voilà. Qu’auriez-vous rétorqué à ma place ?

En ce qui me concerne, je me suis contentée de faire diversion en évoquant notre retard, puis j’ai claqué la portière. Ce n’est pas pour rien que je dis souvent que cet enfant aurait pu s’appeler César, tant son assurance est imperturbable !

sapin_noel_2015

Et cela n’étonnera personne si je vous dis que le père noël et ses fidèles rennes se joignent à moi pour vous souhaiter un excellent réveillon ! Oh bien sûr, je me garderai de dire cela à mon petit empereur… Car Dieu seul sait ce qu’il pourrait me répondre…

Joyeux Noël !

You Might Also Like

0 commentaire

Laisser un commentaire