Escapades

Santorin en famille

25 mars 2019

Déjà cinq mois que nous avons découvert en famille une partie de ce qui semble être l’un des plus beaux endroits du monde : l’archipel des Cyclades, composé de 250 îles et îlots grecs parsemés au milieu de la mer Egée. 

Nous avons opté pour Santorin et Mykonos.

Quelles îles visiter dans les Cyclades ?

A en croire les blogs et lectures spécialisées, chaque île a son charme et mériterait le détour, toutefois nous nous sommes limités à celles ayant un aéroport international : Santorin & Mykonos.

Et en réservant trois mois à l’avance sur Transavia, j’ai pu obtenir cinq billets (pour 2 adultes et 3 enfants) au prix de 1.165 euros, pendant les vacances de la Toussaint (du 26 octobre au 4 novembre 2018), pour un aller Paris Orly-Santorin et un retour Mykonos-Paris Orly.

Nous avons réservé notre trajet en ferry entre les deux îles sur le site AFerry et avons voyagé durant 2h10 sur la compagnie Seajet. Le voyage s’est bien déroulé avec un personnel sympathique et des toilettes propres.

Comptez environ 284 euros pour 5 places assises et une voiture, fin octobre (j’avais réservé trois jours avant le trajet par internet).

Même si nous avions des places numérotées, la consigne donnée a été de nous asseoir où nous le voulions le plus rapidement possible. En partant de Santorin, je vous conseille de choisir une place sur la gauche en montant dans le bateau, vous pourrez ainsi observer au mieux le volcan.

Quelle magie de se géolocaliser, en temps réel, au beau milieu de la mer Egée…

Avec l’application Plans de l’iPhone

Que voir à Santorin ?

Nous avons passé cinq jours à Santorin, mais j’y serais volontiers restée plus longtemps.

L’île est paisible, sauvage et brute. Elle baigne au milieu d’eaux d’un bleu profond, qui contraste à peine avec un ciel tout aussi bleu, mais davantage avec les opulents bougainvilliers parsemés ici et là…

La plage de Perissa

A première vue, Santorin possède peu de végétation et peu de plages, dont la plupart sont de fins cailloux noirs, et l’anarchie des constructions dans la campagne est typiquement caractéristique du pourtour méditerranéen.

Néanmoins, de nombreuses pépites méritent le détour, et la plus belle d’entre elles est, sans aucun doute, la merveilleuse Oia

Merveilleuse Oia

Oia est un vrai petit paradis. Tout y est beau, délicat et lumineux.

Toutefois, force est de constater qu’il s’agit d’une destination assez peu appropriée pour de jeunes enfants. Le reste de l’île l’est davantage, en revanche.

Oia, avec ses petites ruelles bondées (je n’imagine même pas ce que cela doit être en été !), ses bas murets sur lesquels les enfants ont envie de grimper, et ses interminables impasses dans lesquels on est tentés de s’aventurer, peut s’avérer un peu stressante pour les jeunes parents.

D’ailleurs, à y bien regarder, les seuls enfants que nous ayons croisés étaient ceux de l’école communale de la ville lors de la sortie des classes (c’est fou de se dire que certaines personnes chanceuses vivent dans ce paradis au quotidien !).

Magique Fira

Fira est la capitale de l’île de Santorin, et vous y trouverez sans difficultés tout ce dont vous avez besoin.

Nous l’avons négligée et reléguée au dernier jour, et si c’était à refaire, nous ferions autrement.

Fira est réellement magique par ses bars et restaurants aux vues époustouflantes sur le volcan. Et le calme assourdissant qui y règne, probablement dû à cette mer tranquille dans laquelle elle baigne, ne rend que plus grandiose cette nature à couper le souffle.

Radieuse Megalochori

La petite ville de Megalochori est un passage obligé. Flânez dans ses ruelles typiques, empruntez les détours possibles puis arrêtez-vous sur la petite place pour vous rafraîchir, et vous en ressortirez enchantés.

Belle Pyrgos

Kamari

Je vous recommande également un petit détour par Kamari avec son église et son beau clocher, sans oublier ses plages de sable noir.

Akrotiri

Akrotiri se situe tout au sud de l’île et on peut y trouver un musée archéologique, d’excellents restaurants en bord de mer et une plage de sable rouge.

Concernant cette plage, nous avons vu de nombreux touristes s’y diriger malgré un panneau y interdisant l’accès. Jouant la carte de la prudence, face à quelques blocs de pierre de lave menaçant, nous nous sommes abstenus de découvrir ce recoin…

Mais nous avons pu profiter du bord de mer autrement !

Détails pratiques

Forcément, quand on voyage avec des enfants, on se pose tout un tas de questions pratico-pratiques, dans le but d’anticiper et se simplifier la vie au maximum une fois là-bas.

Concrètement, voici quelques choses à savoir : 

  • La route du nord au sud se fait bien, malgré leur piteux état et le fait qu’on ne puisse pas rouler très vite. On trouve partout de petites échoppes avec de l’eau et de la nourriture. Aux abors de Fira et Oia, vous découvrirez même qu’il est possible de croiser des bus de tourisme, là où vous auriez parié que ça ne l’était pas !
  • Prévoir de la crème solaire à gogo et de bonnes lunettes de soleil.
  • Il y a peu de toilettes disponibles sur la route hormis dans les villes, prévoyez un système D pour les petits (sacs poubelles, sopalin et lingettes !).
  • La météo à la Toussaint : un beau soleil nous permettant de prendre le petit-déjeuner sur la terrasse. Je prévoyais toujours un petit gilet mais nous n’avons pas eu de vent à Santorin.

 

CONCLUSION

Santorin est une île merveilleuse qu’il faut absolument découvrir !

Elle se visite bien avec des enfants, d’ailleurs les grecs leur réservent de très bons accueils, toutefois la quasi-totalité des touristes s’y rend en couple et entre amis.

Parmi les habitants aussi, nous avons vu très peu d’enfants. Il y a donc peu de structures pour eux (parcs, aires de jeux…).

Sa visite est l’occasion d’en apprendre un peu plus aux enfants sur les volcans. Néanmoins, ne creusez pas trop le sujet comme je l’ai fait au risque de terroriser vos bambins. Et oui, le volcan de Santorin est un super-volcan qui pourrait causer de gros dégâts dans l’hémisphère nord s’il se réveillait pour de bon (ce que redoutent les spécialistes depuis 2011).

C’est une île où l’on marche beaucoup et les ruelles sont praticables sans difficultés.

Allez-y une fois et je vous assure que vous vous promettrez d’y retourner !

You Might Also Like

0 commentaire

Laisser un commentaire